La chicorée a tout pour elle !

“Les plus humbles plantes sont parfois les plus riches en vertus cachées”, Maurice Mességué, écrivain et herboristerie.

Baptisé « chicorée sauvage, cheveux de paysan, barbe de capucin, herbe à café, laideron, yeux de chat », le Cichorium intybus est une herbacée à racine pivotante, elle est originaire d’Europe, d’Afrique du Nord et d’Asie. Mesurant de 40 cm à 1 m, cette plante présente des feuilles basales, intermédiaires et supérieures de forme allongée sur une tige anguleuse. Les fleurs de la chicorée se présentent en capitules et sont héliotropes, elles passent du bleu au bleu pâle et au rose en fonction des heures de la journée. De même, elles s’ouvrent sous le soleil et se ferment par temps couvert ou la nuit, ce qui revêt toute son importance pour la cueillette à des fins médicinales. A l’état sauvage, la chicorée pousse facilement dans les prairies, les fossés ainsi qu’aux bords des champs.

La chicorée, un aliment santé

La chicorée est utilisée depuis plus de 4000 ans comme plante médicinale. A la fois apéritive, dépurative et digestive, la chicorée, sous toutes ses formes, est une plante à préconiser dans notre alimentation au quotidien. Plante mère de salades et des endives, la chicorée est largement consommée en Europe. Elle est connue pour contenir beaucoup de provitamine A, de vitamines B et C ainsi que des sels minéraux. Consommée en infusion, elle est utile pour faire face aux indigestions ou d’autres troubles digestifs légers. Tonique, elle est bien sûr un excellent succédané du café et permet ainsi de limiter la prise de caféine. La chicorée est aussi utilisée pour ses sucres, les inulines, qui favorisent certaines bactéries bénéfiques du système digestif au détriment des autres. C’est ce qu’on appelle un sucre « prébiotique », bénéfique pour le transit.

Très proche du pissenlit dont elle partage l’amertume, la chicorée possède sensiblement les mêmes propriétés. C’est une plante « nettoyante » et ce n’est certainement pas un hasard si elle arrive si tôt au printemps, après qu’on ait passé un long hiver à s’encrasser l’organisme.

Une boisson et une aide culinaire

Les utilisations alimentaires se sont diversifiées au cours des siècles. La farine de chicorée extraite des racines est utilisée pour les biscuits, les viennoiseries, ou le pain, auquel elle donne une belle coloration. Torréfiée et infusée, elle est à l’origine d’une boisson chaude populaire au bon goût de noisette et de caramel, alternative sans caféine que l’on peut déguster du matin au soir. La chicorée peut aussi apporter à la bière une subtile couleur cuivrée et en amplifie l’amertume.

Belle découverte !

Corinne Lasné, naturopathe

www.coach-bienetre-naturopathe.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *